vendredi 28 octobre 2011

Ma semaine en bref

Il est vendredi soir, j'entends ma blonde jouer de la guitare et j'ai trop de sujets : je ne sais pas quoi choisir. Ma semaine a été bien remplie. Je vais simplement en raconter les grandes lignes.

Lundi, j'ai participé à un colloque sur le renouvellement de la social-démocratie. C'était un très beau moment de démocratie et j'en ai été grandement inspiré. Malheureusement, j'ai oublié de remettre la fiche cartonnée où on m'avait demander d'écrire une suggestion pour améliorer les choses. Je l'ai encore. C'est une exhortation à créer une infrastructure de l'information à l'échelle du Québec, indépendante des diffuseurs. J'aurai l'occasion d'en parler plus longuement à la ministre le 11 novembre si  sa tournée tient toujours.

Mardi, en route pour mon laboratoire de recherche, je me suis arrêté chez Armand Vaillancourt pour lui remettre un cadeau. M. Vaillancourt a eu la gentillesse d'appuyer ma mise en candidature pour faire partie du conseil d'administration du Centre de santé et des services sociaux Jeanne-Mance. Moi, l'étourdi, j'avais oublié le cadeau à la maison. D'oh!

Jeudi, je suis allé à une rencontre d'information du CSSS Jeanne-Mance très vaguement mouvementée. J'en suis revenu avec le sentiment qu'il y a une certaine morosité sur le territoire. Pas étonnant avec les contraintes budgétaires et le remodelage fréquent des structures! J'espère que j'aurai l'occasion d'aider mes concitoyens à tirer avantage des idées du philosophe Peter Drucker plutôt que de se contenter des succédanés inutiles du ministre Bolduc. Enfin…

Aujourd'hui, j'ai imprimé des tracts pour mousser ma candidature. Demain, j'irai les distribuer à la Place des Peuples.

Pour terminer, je souhaite que tous les Montréalais viennent faire un tour au campement du (autrement appelé) Square Victoria. Les journaux ne rendent pas justice à l'expérience de se promener entre les tentes et, si le cœur vous en dit, de parler avec les résidents. C'est un moment historique, en fait.

mardi 18 octobre 2011

Leadership in health care

This piece was written for my classmates in the course Economic social and cultural rights in Canada and the global south, given by The Social Justice Commitee :

The leadership market in health care :

How are leaders made and evaluated?  

1. Privately-funded lobbies to feed the media

Years of pressure on the media from self-professed economic think-tanks have reshaped the political thinking in Quebec. I never suspected until last year that renowned institutions like the Fraser Institute provided biased information : they are regularly quoted in the media and so they must be reliable, right? Actually, no. Organizations like the Fraser Institute and the Institut Économique de Montréal present themselves as non-political but they are actually lobbies that promote non-debatable ideas to the media. Intelligence is out. Popular surveys and privately-funded research are in.

I became acquainted with the propaganda of the Fraser Institute in the Fall of 2010 when the Chamber of Commons discussed the long-form census.  It appears that the actions of the Harper government had prompted the Chief statistician of Statistics Canada to resign. Incidentally, if I had to make a list of governmental institutions that are efficient, leading-edge and essential to our democracy, Statistics Canada would be very near the top of my list. The honorable Tony Clement was the minister in charge of Statistics Canada at the time and when I enquired about the disdain showed to statisticians, he gave me a cryptic answer, which is unacceptable given his executive intrusion into the running of Statistics Canada. After some research, it turns out that the arguments he used were identical to those found in a paper from the Fraser Institute.

Political figures appear to rely on private institutes for their decision-making in the same mistaken belief I had that the media are doing their due diligence when verifying sources. Why no one protested over the years, I cannot fathom. The end result is the adoption by the media, the population and the political class of ideas tailored for their particular tastes and escaping independent academic scrutiny.

2. The accreditation market in the health care sector

My current interest lies in the Quebec health care system. It was essentially nationalized in the sixties and seventies and still works quite well to this day. Médecins québécois pour le régime public (MQRP) believe that large chunks of it are in danger of being privatized. The experience in Quebec has shown that, given proper funding, an empowered public sector can provide universal coverage to the population. However, power and funding have suffered from gradual erosion, to the point that lobbies can successfully persuade politicians that the public sector is a bureaucratic money-pit. The obvious fix of retaking the power that was lost to lobbies is not currently feasible given the complacency of the media. The political class is therefore stuck with the idea that there is a widespread crisis of leadership across the whole public health care system, an idea that prompts it to create new levels of administration to make sure that everything stands up to scrutiny. This in turns fuels the critics who denounce excessive bureaucracy.

This sets the table for the accreditation of everything connected to administration in the health care sector. Accreditation from a recognized organism was originally conceived as a certification intended to inform consumers. However, we now have a de facto monopoly in Accreditation Canada. Accreditation Canada is a not-for-profit organization and it itself undergoes an accreditation process provided by ISQua, the International Society for Quality in Health Care. ISQua is the world leader for accreditation in health care administration. Here follows an exerpt from Charles D Shaw's paper : «Toolkit for Accreditation Programs».

The project to develop a Toolkit for Accreditation Programs was initiated in 2001 by ISQua, the International Society for Quality in Health Care, following discussions with colleagues at the World Bank also at the World Health Organization, and in response to requests coming to ISQua.

A clear need was expressed for a straightforward tool for implementation in a nation state or health care system. This would be an aid for accreditation providers and would also meet the requirements of funding agencies such as the World Bank, intergovernmental organizations such as the WHO, and individual countries considering the development of a national program.

Canada does not have a national program because health is a provincial responsibility. However, every province has implemented a public health care system and Quebec has dutifully followed the Toolkit and made accreditation mandatory (licensing) for its governing bodies. For reasons of efficiency, all public bodies are now using Accreditation Canada as their provider.

Another excerpt from Shaw, followed by a comment from Australia :

Historically, accreditation aimed for voluntary, professionally-driven continuing improvement. But since the mid-1990s, new and existing programs have increasingly become mechanisms for accountability to the public, and to regulatory and funding agencies. And they have progressively aligned themselves to statutory mechanisms.

“It would be naive to believe accreditation does not have a role in informing decisions on what hospitals should remain and what hospitals should reduce services, re-structure or close.” Australia

3. The evolution of accreditation in Quebec

The idea of participating in an accreditation process may hold fears. Shaw identifies the following : sanctions for shortcomings, loss of staff morale if denied accreditation, misuse of performance data, gaining accreditation and then losing it when standards get more demanding. According to Shaw :

If the program’s aims are clear, those who stand to gain or lose from it are easy to identify. Traditional, profession-driven programs have tended to build links with regulators and consumers, thus becoming more accountable and transparent. More recently, programs have been increasingly influenced by commercial providers and insurers. And lately, there has been active support from government. (My underlining)

The discomfort felt in Quebec stems precisely from the growing influence of commercial providers. Having implemented a successful public sector, Quebec has no tradition of consumerism in health care. Therefore the newly introduced commercial lobbying feels awkward and counter-productive.

The programs are not clear and the threat of privatization, however unlikely, is hard to dispel. I would very much like to hear the honorable Minister Yves Bolduc speak on this subject and clarify the intentions behind the changes he made to the composition of administrative boards. I am somewhat apprehensive of the pressures that I feel will be exerted in the federal-provincial negotiations that will take place in 2013-2014. The following statement sure feels like trouble in light of the unclear aims of accreditation in Quebec and the severely restricted funding of the public health sector :

« Un moyen fondamental d'améliorer les soins de santé est d'assainir les milieux de travail des employés de ce domaine. Aussi est-il inacceptable de financer, de gouverner ou de diriger des établissements de santé malsains tout autant que d'y travailler ou d'y recevoir des soins. » (Coalition pour la qualité de vie au travail et des soins de santé de qualité, 2006)

4. Message for the Honorable Dr. Yves Bolduc

You did not take the opportunity of the Commission parlementaire on bill 127 to explain the motivation behind the administrative reform that it introduced. At least not to the satisfaction of the participants and not to mine. I'm a nice guy so instead of bad-mouthing you, I am running for one of the two seats on the Conseil d'administration that are reserved for the population of my Centre de santé et des services sociaux. My vision is the betterment of health care in Quebec. My mission is to improve knowledge. My values are honesty, kindness and friendship. What are yours?

François Genest, 18 octobre 2011

jeudi 13 octobre 2011

Collège de la population, rendez-vous aux urnes!

Lancement de la campagne
Ma campagne électorale est officiellement lancée. Je fais partie des six candidats qui briguent l'un des deux sièges réservés au «Collège de la population» au sein du conseil d'administration du Centre de santé et de services sociaux Jeanne-Mance. L'avis de scrutin se trouve ici.


C'est un travail bénévole qui représente chaque mois trois heures de lectures préparatoires et une soirée pour participer à la réunion du conseil.

La composition du conseil doit être modifiée suite à l'entrée en vigueur en juin dernier de la loi 127 (la page de l'Assemblée nationale sur les étapes de cheminement du projet se trouve ici) et le nouveau conseil qui entrera en fonction en février prochain comprendra 21 membres issus des collèges suivants :

Population (2)
Comité des usagers (2)
Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens (1)
Conseil des infirmières et infirmiers (1)
Personnel non clinique (1)
Fondation du CSSS Jeanne-Mance (1)
Université (2)
Agence (2)
Cooptés (6)       Les membres cooptés seront désignés par le conseil après les élections afin de compléter les expertises. Par exemple un comptable pourrait être nommé pour vérifier le budget.
Directeur général (1)
Le mandat d'un membre du conseil est de quatre ans. Un membre doit en tout temps se qualifier comme une « personne indépendante » selon l'article 131 de la loi sur les services de santé et les services sociaux. Je comprends par là qu'on veut éviter les conflits d'intérêts qui pourraient avoir lieu si le membre a récemment été à l'emploi du CSSS, lui vend des biens, des services ou siège sur un autre conseil semblable, comme à l'Agence régionale.

Déclaration volontaire de mes dépenses

Mes dépenses de campagne sont modestes. J'ai fait prendre une photo de format passeport dans une pharmacie membre du réseau Jean-Coutu et je l'ai fait numériser chez Copie 2000 sur Parc. Je prévois dépenser quelques dollars de plus pour faire imprimer des exemplaires d'une fiche d'information sur les enjeux de la campagne. Si vous voulez contribuer financièrement, je vous invite à faire un don à la Fondation du Centre de santé et de services sociaux Jeanne-Mance. Vous trouverez ici un formulaire à cet effet préparé par la Cité d'Athéna et que vous n'avez qu'à imprimer. Si vous donnez un petit montant comme moi (j'ai envoyé un chèque de 2 dollars), je vous invite à inscrire sur le formulaire que vous renoncez au reçu pour fins d'impôt, de façon à éviter d'alourdir le budget de la Fondation.

Pour voter le 1er novembre 2011

Vous devez impérativement résider sur le territoire desservi par le CSSS Jeanne-Mance. Pour vous en assurer, vérifiez que votre code postal commence par l'un des suivants : H2K, H2L, H2X, H2Y, H2Z, H3B, H5B, H2H, H2J, H2T, H2V, H2W. En guise d'inscription, vous aurez à remplir une déclaration de l'électeur qui vous sera remise sur place.

Les lieux de scrutin, accessibles entre 12h et 20h, seront les suivants :


155, boul. Saint-Joseph Est
(entre les rues Hôtel-de-Ville et De Bullion)


1705, rue de la Visitation
(entre la rue Ontario et le boul. de Maisonneuve)

Vous aurez à choisir deux noms dans la liste des candidats :

BOLDUC, Michel
GAUTHIER, Marie-Hélène
GENEST, François

Promesse électorale

Je vais tâcher de comprendre le fonctionnement du CSSS en vue de mieux savoir de quoi je parle quand je critique de façon constructive les choix politiques faits en Santé. En même temps, je souhaite faire profiter le conseil d'administration de mon expertise et de mon jugement de façon à rendre le travail plus facile pour tout le monde.

Formulaire de don pour la Fondation du CSSS Jeanne-Mance

Formulaire de don de la Cité d'Athéna


Par ce don, j’appuie la Fondation CSSS Jeanne-Mance dans la réalisation de ses
engagements envers le CSSS Jeanne-Mance.

Motif du don :  Appui moral à la candidature de M. François Genest au C. A. du CSSS Jeanne-Mance

  Madame       Monsieur

Nom :_________________________ Prénom :______________________________

ADRESSE :_________________________________________________

Bureau ou appartement ______________ Ville___________________

Province_________ Code postal_______________

Téléphone ___________________Télécopieur_______________

MONTANT DU DON : ________$


  Chèque      Visa       Mastercard

NO de ma carte: ________________________________

Date d’expiration : ____ /____ Signature :___________________________

Veuillez libeller votre chèque à l’ordre de la Fondation CSSS Jeanne-Mance

Notre adresse :

155, boul. Saint-Joseph Est
Montréal, Québec H2T 1H4 Tél : 514-842-7180 poste 7300 Téléc :514-842-0783

Un reçu officiel vous sera émis.                      NO d’entreprise:12051 0904 RR0001

mardi 11 octobre 2011

Le système de santé du Québec

Il y a une quarantaine d'années, à l'invitation du gouvernement fédéral  et contre l'avis des médecins spécialistes de l'époque, le gouvernement du Québec a essentiellement nationalisé son système de santé avec la promulgation de la loi sur l'assurance-maladie, complétant ce qui avait été entrepris avec l'assurance-hospitalisation. Les médecins spécialistes qui s'en souviennent ont vu leur clientèle se modifier substantiellement. Auparavant, ils soignaient peu de gens sans moyens, acceptant par charité chrétienne des contreparties insuffisantes. Suite à l'introduction de la couverture d'assurance universelle, leur clientèle défavorisée s'est accrue et ces médecins ont commencé à être payés décemment dans tous les cas de figure. Un psychiatre que je connais me soulignait que les gens qui ont le plus besoin de ses services n'auraient pas les moyens d'avoir rendez-vous avec lui sans l'existence du régime public actuel.

L'an dernier, j'ai offert à mon médecin de famille de mettre mes talents à contribution afin d'améliorer notre système de santé. Lorsque je lui ai dit que j'avais remarqué un malaise dans le domaine de la santé, elle m'a répondu du tac au tac : « Vous n'êtes pas le seul. »

Après plus d'un an de recherches, mon constat est clair : les réformes administratives des dix dernières années ont affaibli l'infrastructure publique et encouragé l'émergence d'organismes et de structures hors du contrôle du gouvernement, des entités auxquelles des pouvoirs publics importants ont été cédés. En soi, ces changements pourraient être neutres du point de vue de la population, mais la façon dont ils ont été introduits est peu prometteuse. En définitive, la critique principale que j'ai à l'encontre de ces changements, c'est que ceux qui les promeuvent et les mettent en place ne discutent pas en public de la philosophie qui les motive. Ce qui est proposé comme argumentation relève en réalité de l'intimidation et n'admet pas de réels échanges constructifs.

Quelle est la situation? Notre système de santé est maintenant découpé en deux dimensions. Alors qu'auparavant il n'y avait que des séparations verticales entre le niveau le plus bas, soit les établissements de santé, et le niveau le plus haut, soit le Ministère, il existe maintenant des séparations horizontales qui viennent quadriller le tout. Les structures les plus en évidence sont l'Institut national d'excellence en santé et services sociaux et Agrément Canada. L'Institut veille à la cueillette et à la dissémination des meilleures pratiques tandis qu'Agrément Canada s'assure que chaque instance rencontre des objectifs quantitatifs spécifiques, déterminés localement mais comparables aux échelles nationale et internationale.

La plus récente modification a été effectuée en juin dernier par le médecin et ministre Yves Bolduc, qui a déjà travaillé à Agrément Canada. Soit dit en passant, Agrément Canada va certainement beaucoup apprendre de l'expertise en gestion publique qui s'est accumulée au Québec au cours de notre expérience indépendante relativement courte — Quarante ans, dans ce contexte, c'est bien peu. — de mise en place et d'amélioration d'un système de santé universel et accessible à tous.

Ainsi, suite à loi 127, le nombre de représentants de la population au sein du conseil d'administration du CSSS qui dessert mon territoire passe de six à deux sur un total de vingt-et-un membres. En me présentant aux élections (Votez pour moi en grand nombre le 1er novembre :-)), je souhaite évaluer par moi-même le fonctionnement de mon CSSS et mesurer l'impact de l'agrément sur la santé et le bien-être de la population et des intervenants en santé et services sociaux de mon territoire.

Je profite de ce billet pour lancer une invitation. J'aimerais mieux comprendre la philosophie qui motive la création d'organismes d'agrément nationaux et internationaux. En théorie, je conçois que l'agrément peut servir à mettre en évidence les besoins locaux et augmenter l'entraide internationale en matière de santé. En pratique, je remarque que les experts du Québec ne connaissent pas les résultats des expériences d'agrément similaires qui ont été tentées en Australie. Personnellement, je trouve que notre système de santé est le plus efficient au monde, lorsqu'on fait abstraction du coût des médicaments. Dans cette optique, le cas du Québec me paraît très important et devrait être abondamment discuté. Je vous invite à m'écrire et j'accueillerai avec plaisir vos commentaires et observations sur le processus d'agrément et sur le modèle de gestion retenu par notre gouvernement.

Bonne santé à tous!

François Genest

lundi 3 octobre 2011

Pour une commission d'enquête publique

« Engagez-vous à dénoncer la corruption partout »
Je reproduis dans cette section le commentaire que j'ai laissé sur «Détention de vote» ce matin et qui donne le ton pour mon texte d'aujourd'hui :

La dénonciation est un acte sérieux. Je respecte l'initiative de madame Dufour mais je déplore l'inefficacité de sa pétition. J'insiste : La signature ne remplace pas l'action. Quand on lit les commentaires (388) qui ont suivi la lettre ouverte de Denis McCready du 8 septembre dernier dans Voir, on se rend compte que la grande majorité de la population n'attend qu'un signe pour descendre dans la rue et suivre un chef charismatique. Heureusement, McCready est de bon conseil et dénonce cette envie de s'en remettre à un prétendu sauveur.

Je suis d'accord pour agir sans tarder et guérir notre démocratie. Mais ne reproduisons pas les erreurs des Athéniens. Qu'est-ce que ça veut dire : la corruption? Il est impératif d'en parler si nous voulons éviter de reproduire les erreurs de Périclès, Alcibiade, Critias, Socrate et Anytos. J'en toucherai un mot sur la Cité d'Athéna.

Le bain qui sert à laver la classe moyenne

La corruption est sur toutes les lèvres au Québec. La loi oblige nos gouvernements à octroyer les contrats de construction aux plus bas soumissionnaires et certains ont profité d'un système échappant à la surveillance pour gonfler les prix. Ces coûts exagérés de construction sont payés en utilisant les mêmes fonds publics qui doivent soutenir nos systèmes de santé et d'éducation déficitaires. Jacques Duchesneau a utilisé l'analogie d'un bain qui déborde (Denis Lessard, La Presse, 27 septembre 2011):

Pour M. Duchesneau, ces enquêtes à deux volets ont déjà été essayées en Australie. «Comme quand vous faites couler votre baignoire et voyez que ca déborde. Vous pouvez aller chercher des serviettes ou fermer le robinet. Je dis fermons le robinet d'abord!» illustre-t-il. En soirée, il présentait quelques recommandations concrètes pour freiner la collusion: faire en sorte que la même entreprise ne puisse concevoir et vérifier la réalisation d'un ouvrage. Freiner aussi les «contrats en cascade» où on soumissionne d'abord en bas du coût pour s'assurer d'avoir le pied à l'étrier pour se reprendre dans les mandats subséquents.  

Le fermier affamé qui cultive au-dessus d'un gisement de fer

L'analogie du bain est inadéquate. S'il faut en  choisir une, j'opte pour celle du fermier qui vend ses récoltes à perte en raison d'un dérèglement du marché. Il peut soit s'endetter et persévérer en espérant que les prix se stabiliseront à long terme ou bien aller voir son député pour lui expliquer qu'il faudra trouver d'autres façons de nourrir la communauté. Dans cette analogie, le fermier représente la classe moyenne qui est prise dans la tourmente financière mondiale et le député n'est autre que notre classe politique en perte de repères.

La mine patibulaire de Jean Charest

Jean Charest a parié sur le Plan Nord pour augmenter rapidement les revenus du gouvernement. Cependant, les investisseurs internationaux restent très prudents depuis le début de la crise et le Québec n'obtiendra au bout du compte aucun bénéfice réel des investissements sollicités étant donné les conditions défavorables qui régissent les négociations. Le temps est plutôt venu de prendre une pause et de faire le ménage dans nos comptes publics. La commission d'enquête tant réclamée est essentielle pour une question de confiance. La confiance ne se mesure pas en termes d'indicateurs de performance homogénéisés comme ceux que Jean Charest, Stephen Harper et François Legault tentent à toute force de nous enfoncer dans la gorge. La confiance, c'est quelque chose qui se mesure par les actes et les prises de parole. Jean Charest a perdu la confiance de la population et miné les chances du parti Libéral de survivre à sa poigne de fer.

La corruption du politique et la pollution de la Cité

Ceci étant dit, que faire? On dit vouloir lutter contre la corruption. Qu'est-ce que la corruption? Le mot : «corruption» nous vient du latin corruptio. Voici les définitions que propose le petit Robert de 1991 :

Corruption : 1) (1170) Altération de la substance par décomposition. 2) (Littéraire) Altération du jugement, du goût, du langage. 3) Le fait de corrompre moralement; état de ce qui est corrompu. 4) Moyens que l'on emploie pour faire agir quelqu'un contre son devoir, sa conscience; fait de se laisser corrompre.

Cette corruption latine rappelle la : «pollution» de notre démocratie ancestrale, celle des Grecs. Voici ce que dit Robin Waterfield à propos de la pollution dans son essai «Why Socrates died : Dispelling the Myths», paru en 2009 :

Since the gods were motivated by reciprocity, the removal of their goodwill towards the city proved that the Athenians had let them down somehow, and deserved to be punished. In other words, there was a vein of impiety in the city, which the gods were punishing. The easiest way to deal with such a trend was to make it particular, to attribute it to a single individual. This mental leap was facilitated by the Greek concept of pollution, which was seen as a kind of pernicious vapour that could spread from even a single individual and infect an entire community. Punishing a murderer was as much a religious as a legal obligation, since his miasma had to be prevented from spreading. Even animals and inanimate objects that had 'caused' a human death could be 'tried' and, once found guilty, killed or banished beyond the city's borders.

Par la suite, Waterfield explique qu'un rituel de purification annuel était observé au mois de Thargelion. Des pauvres ou des criminels étaient conduits hors des murs et fouettés. Les mots grecs pour désigner ceux-ci étaient : katharma ou pharmakos. Encore Waterson :

The flogging, and the symbolic death of expulsion from the community, diluted the ancient practice of actually killing the scapegoat. Voluntary scapegoats were far more propitious than unwilling ones, and there would always be criminals available who preferred a ritual flogging and expulsion to whatever fate the courts had decreed for them.

La nécessité suprajudiciaire d'une commission d'enquête publique

Une commission d'enquête publique remplacerait avantageusement la désignation de boucs émissaires. Nous avons l'avantage sur les Grecs de l'Antiquité de connaître quelques milliers d'années d'histoire de plus qu'eux.

La catharsis qui purgera les passions déchaînées chez les Québécois doit s'effectuer et elle ne se fera pas dans les médias ou dans la rue. Les Québécois sont éduqués et comprennent les stratégies de communication qui sont déployées pour tenter de les calmer. Arrêtons d'insulter notre intelligence et mettons en place une commission d'enquête publique au plus sacrant.